Le Domaine du Clos des Rocs - Olivier Giroux

Le DomaineNos VinsNous Contacter

Millésime 2013 : à émotions

vendanges 2012 1050

Une bonne dizaine d’années marque de ses premières rides le visage du jeune homme que j’étais en 2002 lors de l’acquisition du domaine.

Une bonne dizaine d’années qui m’a sans doute permis d’entasser de l’expérience, des pincées d’humilité, des cuillerées de convictions. La maîtrise en somme d’un certain nombre de recettes à adapter selon les invités, un excès de soleil (en 2003), un ciel bouché souvent humide (en 2004), un été presque parfait (en 2009).

Une bonne dizaine d’années qui ne m’avait pas laisser le temps de rencontrer 2013. Millésime à émotions, d’abord pimenté d’ un printemps à usure, qui nous a vidés de notre énergie, nous privant de luminothérapie, nous obligeant à vivre tels des marins dans nos cirés jaunes au quotidien, ensuite un été plutôt généreux, sans excès toutefois, mais qui nous a permis enfin de rendre efficace nos labours, nos traitements contre les maladies. Tous ces travaux jusqu’alors, nous avaient mobilisés sans relâche, nous faisant oublier souvent que l’homme a besoin parfois de repos.

Alors, à l’aube des vendanges, j’étais plutôt confiant, regardant les raisins du Clos des Rocs enfin dorés ; confiant, mais également conscient que ce millésime allait être encore une fois peu productif, mais sans doute bien plus équilibré et qualitatif que ce que la presse « dite spécialisée » l’annonçait.

Encore fallait-il prendre les bons risques : pouvons nous attendre encore plus de maturité, mais Octobre, vendanges d’Octobre!!! : et si il pleuvait ?

Vendredi 27 Septembre, 6H30 les deux minibus de location sont flambants neufs sous leur robe de rosée matinale, les tracteurs attelés de leur remorque, l’odeur du café dans le réfectoire n’attend plus que l’arrivée de la troupe. Cette année nous irons donc en premier dans les Pouilly Loché, les barres…Que de belles grappes ….premier pressoir…peu de jus …35 hl/ha …

Samedi 5 Octobre, dernière journée, nous terminons chaussures boueuses mais raisins dorés, par les Mâcon Loché, l’heure du bilan a déjà sonné. Sans concession malheureusement: 50 % de moins qu’une année dite normale.

Millésime à émotions disais je précédemment. L’heure des interrogations: efficacité de l’agriculture bio en année humide, un parcellaire presque d’un seul tenant, handicapant lors de grêle ou de floraison difficile, le volet économique bien entendu, souhaitons que nos fidèles partenaires nous suivent afin de poursuivre l’aventure.

Malgré toutes ces salades de pensées, il faut se remettre au labeur, afin de magnifier le peu de vin que nous a offert 2013. Peu, rime souvent avec qualité, je crois que ce sera le cas une fois de plus. Les jus de fruit sont d’une rare intensité, à nous de les transformer en grands vins de terroirs.

Je tiens encore cette année à remercier notre équipe de vendangeurs qui ont fait de cette période de stress continu un moment de bonne humeur, de rencontres humaines: une image me restera en souvenir de cette récolte, celle de deux Lettons dormant la nuit dans leur hamac, nu pied, avec une seule bâche comme toit. Sacrée envie. Merci à tous.

0
Partages
0
Partages